Rumba Ya Dino

Rumba Ya Dino

Dino a un itinéraire jalonné des succès des orchestres kinois qui ont beaucoup compté depuis les

années 70 comme Bella-Bella, les Maquisards, et Afrisa où il retrouvait très souvent la complicité du « tout terrain » de la Rumba congolaise : Mangwana.

Sa simplicité et son humilité se confondent avec sa nature réservée. Il ne demeure pas moins, fin observateur des us et coutumes congolais. Ces compositions soignées et pensées montrent qu’il a beaucoup appris aux côtés du grand innovateur de la musique congolaise : Tabu Ley. Sa musique est à la fois dépouillée, claire et dense.

Sans précipitation, patiemment, Dino Vangu guitariste-compositeur reconnu, a pris la résolution de donner sa part de contribution à la revitalisation de la musique congolaise en constituant le groupe « Amicale Lipopo », autrement dit : Lipopo-Orchestra constitué de ses amis et anciens talents issus de deux principales écoles de la Rumba congolaise : l’école African-Jazz de Rochereau Tabu Ley et celle d’Ok-Jazz de feu Luambo Franco.

Amicale-Lipopo est aussi la somme d’expériences riches de ses membres au contact du milieu musical européen qui a ouverts des nouveaux horizons et pratiques musicaux. L’apport et la collaboration des artistes européens de grand talent sortis du moule des écoles de musique donnent une nouvelle coloration toute particulière aux chemins de la Rumba. Tout en gardant sa spécificité et sa structure propre, Rumba Ya Dino s’inscrit dans changement dans la continuité perceptible.

La voix suave et chaleureuse de Lo-Benelle qui sort de l’ombre du gospel congolais à l’aise dans ce chapitre, surprend et convainc, sans forcer sur les cordes. Une voix naturelle qui se cherche encore une peu dans cet univers difficile. Elle sait que c'est désormais sa voie, et elle travaille comme il se doit pour prendre et mériter sa place aux côtés des autres femmes dans l'antre de la Rumba congolaise.

Pour Dino, le cliché actuel de la guitare solo dans la rumba congolaise chez les jeunes guitaristes est une élaboration de Pépé Fély dans les années 70-80. Nul doute que chacun y ajoute souvent un peu de sa touche personnelle

Depuis, le Sebene congolais atteint des limites psychédélique au sortir du refrain qui lui, repose généralement sur une mélodie tendre et romantique oscillant dans un joli passage majeur-mineur, avec le plus souvent les réponses des choristes. En quelques mesures, le tour est joué et l’orchestre mord d’emblée dans un Sebene effréné avec un riff décapant. D’où une ambiance sonore qui commande un enchevêtrement d’accords qui se multiplie à l’infini avec les mêmes sonorités comme dans un jeu de miroir. Tous les solistes ont appris à faire bouger les foules par un style de pincement rapide des cordes, en boucle’ afin de provoquer une sorte d’extase immédiate

Le Sebene est cette partie rapide dans la rumba congolaise. Sebene est une corruption du mot anglais seven signifiant dans le jargon musical congolais « accord de septième » et indique un changement de mouvement dans un rythme. Dans la Soukous la partie lente de la rumba tend à se réduire à sa plus petite expression. Le changement de tempo indiquant le passage de la partie chant à la partie instrumentale disparaît. La mélodie et les textes sont relégués au second plan au profit du rythme ponctué par une animation désordonnée dans le Ndombolo.

Dino, c'est ce soliste qui a marqué son nom d'une empreinte indélébile dans l'histoire de l'orchestre Afrisa International du Seigneur Tabu Ley où il fau d’abord accompagnateur aux côtés du soliste Guvano qu’il remplace avec brio quand celui-ci quitte Afrisa. Tabu Ley qui se souvient du rôle éminent que joue Dino dans l’arrangement des jeux des guitaristes dans le groupe titularise Dino devient le soliste émérite de l’orchestre. Dino est également auteur-compositeur de talent et a derrière lui plusieurs titres à succès. Il travaille aujourd’hui à la mise en place d’une formule où la chanteuse Lo-Benelle aura une place de choix et difficile. Mais la volonté y est. A suivre donc

Dino qui n'a jamais rompu avec Rochereau Tabu Ley s'est installé, à l'instar d'autres musiciens de l'Afrisa, en France où il fait sa carrière comme il l'entend. La collaboration avec son ami Mangwana qui a choisi Luanda avait donné un album qui n’est pas passé inaperçu et qui trône encore au hit parade sur les ondes des radios et dans les soirées dansantes des nuits enfumées de Paris. Du choc des idées, jaillit la lumière dit un adage populaire. C'est ainsi que nous restons convaincus que la sortie de «Fête africaine » a été un évènement dans le paysage de la Rumba congolaise.

Les membres de l’orchestre :

Dino a un itinéraire jalonné des succès des orchestres kinois qui ont beaucoup compté depuis les

années 70 comme Bella-Bella, les Maquisards, et Afrisa où il retrouvait très souvent la complicité du « tout terrain » de la Rumba congolaise : Mangwana.

Sa simplicité et son humilité se confondent avec sa nature réservée. Il ne demeure pas moins, fin observateur des us et coutumes congolais. Ces compositions soignées et pensées montrent qu’il a beaucoup appris aux côtés du grand innovateur de la musique congolaise : Tabu Ley. Sa musique est à la fois dépouillée, claire et dense.

Sans précipitation, patiemment, Dino Vangu guitariste-compositeur reconnu, a pris la résolution de donner sa part de contribution à la revitalisation de la musique congolaise en constituant le groupe « Amicale Lipopo », autrement dit : Lipopo-Orchestra constitué de ses amis et anciens talents issus de deux principales écoles de la Rumba congolaise : l’école African-Jazz de Rochereau Tabu Ley et celle d’Ok-Jazz de feu Luambo Franco.

Amicale-Lipopo est aussi la somme d’expériences riches de ses membres au contact du milieu musical européen qui a ouverts des nouveaux horizons et pratiques musicaux. L’apport et la collaboration des artistes européens de grand talent sortis du moule des écoles de musique donnent une nouvelle coloration toute particulière aux chemins de la Rumba. Tout en gardant sa spécificité et sa structure propre, Rumba Ya Dino s’inscrit dans changement dans la continuité perceptible.

La voix suave et chaleureuse de Lo-Benelle qui sort de l’ombre du gospel congolais à l’aise dans ce chapitre, surprend et convainc, sans forcer sur les cordes. Une voix naturelle qui se cherche encore une peu dans cet univers difficile. Elle sait que c'est désormais sa voie, et elle travaille comme il se doit pour prendre et mériter sa place aux côtés des autres femmes dans l'antre de la Rumba congolaise.

Pour Dino, le cliché actuel de la guitare solo dans la rumba congolaise chez les jeunes guitaristes est une élaboration de Pépé Fély dans les années 70-80. Nul doute que chacun y ajoute souvent un peu de sa touche personnelle

Depuis, le Sebene congolais atteint des limites psychédélique au sortir du refrain qui lui, repose généralement sur une mélodie tendre et romantique oscillant dans un joli passage majeur-mineur, avec le plus souvent les réponses des choristes. En quelques mesures, le tour est joué et l’orchestre mord d’emblée dans un Sebene effréné avec un riff décapant. D’où une ambiance sonore qui commande un enchevêtrement d’accords qui se multiplie à l’infini avec les mêmes sonorités comme dans un jeu de miroir. Tous les solistes ont appris à faire bouger les foules par un style de pincement rapide des cordes, en boucle’ afin de provoquer une sorte d’extase immédiate

Le Sebene est cette partie rapide dans la rumba congolaise. Sebene est une corruption du mot anglais seven signifiant dans le jargon musical congolais « accord de septième » et indique un changement de mouvement dans un rythme. Dans la Soukous la partie lente de la rumba tend à se réduire à sa plus petite expression. Le changement de tempo indiquant le passage de la partie chant à la partie instrumentale disparaît. La mélodie et les textes sont relégués au second plan au profit du rythme ponctué par une animation désordonnée dans le Ndombolo.

Dino, c'est ce soliste qui a marqué son nom d'une empreinte indélébile dans l'histoire de l'orchestre Afrisa International du Seigneur Tabu Ley où il fau d’abord accompagnateur aux côtés du soliste Guvano qu’il remplace avec brio quand celui-ci quitte Afrisa. Tabu Ley qui se souvient du rôle éminent que joue Dino dans l’arrangement des jeux des guitaristes dans le groupe titularise Dino devient le soliste émérite de l’orchestre. Dino est également auteur-compositeur de talent et a derrière lui plusieurs titres à succès. Il travaille aujourd’hui à la mise en place d’une formule où la chanteuse Lo-Benelle aura une place de choix et difficile. Mais la volonté y est. A suivre donc

Dino qui n'a jamais rompu avec Rochereau Tabu Ley s'est installé, à l'instar d'autres musiciens de l'Afrisa, en France où il fait sa carrière comme il l'entend. La collaboration avec son ami Mangwana qui a choisi Luanda avait donné un album qui n’est pas passé inaperçu et qui trône encore au hit parade sur les ondes des radios et dans les soirées dansantes des nuits enfumées de Paris. Du choc des idées, jaillit la lumière dit un adage populaire. C'est ainsi que nous restons convaincus que la sortie de «Fête africaine » a été un évènement dans le paysage de la Rumba congolaise.

Les membres de l’orchestre :